Présentation

HySea est un projet financé par l’ANR (Programme Blanc – édition 2012).
Démarré en novembre 2012, il se poursuivra sur une durée de 4 ans.

HySea étudie les conséquences évolutives des échanges de gènes (hybridation) entre espèces marines remises en contact postérieurement à leur divergence en allopatrie et non isolées reproductivement.

Le projet s’intéresse en particulier aux conséquences des hybridations sur la diversité génétique et l’architecture du génome des deux espèces. Ces mises en contact secondaires découlent notamment de l’introduction accidentelle ou volontaire d’espèces par les activités humaines (trafic maritime, aquaculture). Les hybridations résultant de rencontres entre une espèce indigène et introduite peuvent avoir plusieurs conséquences : des avantages à l’espèce introduite (mécanismes d’introgression adaptative), la « dilution » progressive du fond génétique d’une ou l’autre des deux espèces ou encore l’émergence de nouveaux taxons.

Pour étudier ces processus d’hybridation, le projet  est articulé autour de 4 tâches scientifiques qui combinent approches expérimentales, études sur le terrain, analyses moléculaires et développement de modèles théoriques pour étudier 4 cas d’études biologiques représentatifs de contacts plus ou moins anciens (deux espèces de ciones (ascidies), de moules, d’huîtres et de tellines).

 

Le partenariat d’HySea regroupe 4 laboratoires publiques CNRS-Université et Ifremer auxquels sont associés 2 collaborateurs, un laboratoire privé et un chercheur de Cambridge.